Fluorescence résolue dans le temps

L’intensité de fluorescence est une fonction de la concentration de la substance qui émet et des facteurs macroscopiques du milieu d’origine physique (température, viscosité…) ou chimique (inhibiteurs, etc.). Pour bien maîtriser ces systèmes d’analyse, il peut être avantageux de faire intervenir la mesure de la durée de vie t des états excités précurseurs de la fluorescence (déclin exponentiel de la forme exp(-t/t).

La mesure de t peut-être obtenue par des techniques induites de moins en moins utilisées, mais surtout par deux principes directs qui sont :

  • l’excitation pulsée à l’aide de lampes à éclairs, de lasers pulsés, etc. On peut analyser une évolution temporelle du déclin à l’aide de plusieurs pulseurs techniques : comptage de photons, box-car permettant une mesure dans une fenêtre temporelle, caméra à fente (courtes durées de vie), oscillographe, etc..
  • l’excitation modulée à l’aide de sources continues ou pulsées. La valeur de t peut être atteinte par la mesure du déphasage entre excitation et fluorescence; elle peut également être mesurée par la démodulation du signal. 

Ces techniques spécialisées sont maintenant tout à fait opérationnelles et permettent classiquement de mesurer des durées de vie comprises entre quelques ps et quelques centaines de ns correspondant aux valeurs expérimentales.

Selon les techniques, il est possible d’étudier des déclins non exponentiels et des variations temporelles d’anisotropie de fluorescence.